Le rapport du ministère des Finances sur les technologies financières ne contient pas de recommandations concrètes sur la blockchain ...

Le rapport du ministère des Finances sur les technologies financières ne contient pas de recommandations concrètes pour Blockchain - MediaNama.com

ad-midbar
ad-midbar
ad-midbar
ad-midbar


Accueil »
Blockchain, Crypto-monnaies, Paiements numériques, Ministère des Finances, Fintech, MSME, RBI


Le rapport FinTech du ministère des Finances, sous l'égide du Département des affaires économiques, n'a formulé aucune recommandation concrète concernant la blockchain en Inde, bien qu'il ait décrit les applications de la blockchain dans la fintech, les MPME et le gouvernement. Il a recommandé la création d'un groupe interministériel dans le cadre de MeitY afin d'explorer l'utilisation de la blockchain, parmi d'autres technologies.

Utilisation actuelle de Blockchain

Selon le rapport, certaines applications fintech majeures pour lesquelles la blockchain est généralement déployée comme suit:

1. Paiements transfrontaliers: Le rapport a suggéré que les solutions basées sur la chaîne de blocs liées aux problèmes de paiements transfrontaliers pourraient englober les caractéristiques suivantes:

  • Exclusion des intermédiaires et transaction directe entre les parties
  • Il n’est pas nécessaire d’assurer une liquidité intra-journalière auprès des banques centrales, car toutes les parties prenantes conserveront une copie des soldes et des transactions de chaque participant.
  • Le chiffrement éliminera presque la possibilité de modification des données et maintiendra une trace d'audit immuable
  • Les blockchains privés ou autorisés, limités aux parties prenantes, répondront aux préoccupations de protection des données et de la vie privée
  • La validation consensuelle des transactions permettra la mise à jour immédiate du suivi des transactions
  • L'utilisation de jetons numériques résout le problème des devises multiples, améliore les coûts de liquidité et de mise en conformité du capital, permet les micro-paiements et accélère le processus de paiement, ce qui élimine encore les risques de liquidité

2. Règlement de titres: La Blockchain permettrait des enregistrements distribués et décentralisés. De multiples intermédiaires rendent complexes les règlements transactionnels et finaux. Dans la blockchain privée, le système stockera et facilitera les données KYC sur tous les nœuds. L’historique des paiements et des transactions conservés sur la blockchain permettra un contrôle transparent des auditeurs et des régulateurs.

3. Financement du commerce: La Blockchain peut augmenter la visibilité sur l'état des actifs, entraînant la transparence des transactions, la sécurité et le suivi des commerçants en temps réel.

4. Contrats intelligents: Blockchain peut permettre une vérification automatisée de la conformité avec les conditions du contrat, des paiements plus rapides aux vendeurs et éviter les litiges dus à des ambiguïtés dans l'interprétation du contrat. Les biens et services peuvent être suivis en temps réel à l'aide d'API de géolocalisation. Le rapport a également noté que les sociétés de fintech utilisent les contrats intelligents basés sur la chaîne de blocs et les prêts P2P pour servir les personnes exclues de l'accès au financement par les modes traditionnels.

Autres cas d'utilisation:

  • International: Les sociétés financières d’Asie du Sud-Est ont mis au point la première validation de principe d’une chaîne de chaînes KYC, susceptible d’améliorer les systèmes KYC et AML, d’harmoniser davantage les informations KYC et de réduire les coûts de traitement et de conservation des informations KYC.
  • Nationale: La chaîne de blocs a été utilisée pour la déduplication dans TReDS, ce qui facilite le financement des créances clients de MPME par des entreprises et d’autres acheteurs en Inde. Blockchain aide à résoudre les problèmes de double escompte et de transparence des factures dans le financement du commerce via TReDS, réduisant ainsi le coût du crédit.

Blockchain dans le secteur des MPME

  • Le comité a suggéré que les MPME puissent promouvoir le crédit numérique via la blockchain. En outre, cela pourrait résoudre des problèmes tels que ceux liés à la documentation papier, à la fraude par falsification et à l’information bifurquée.
  • La technologie des chaînes de blocs dans la gestion de la chaîne logistique et le financement pourrait aider à réduire la fraude, la duplication et la dispersion des informations. "Les identités vérifiées numériquement sur un réseau à chaîne unique fourniraient la confiance nécessaire au financement des MPME", a suggéré le rapport.
  • Les sociétés financières devraient investir dans des systèmes basés sur des chaînes de blocs afin de réduire les coûts de transaction et d’améliorer la sécurité et la confidentialité des informations, indique le rapport.
  • La sécurisation des registres de propriété et l’estampillage des documents par le biais de la blockchain sont également à l’étude dans le but de gagner en efficacité et en facilité.

Recommandations

Le rapport contient les recommandations suivantes:

  • Groupe interministériel pour la Fintech: Création d'un groupe interministériel sur la fintech chez MeitY, chargé d'explorer des applications technologiques telles que les API ouvertes, la blockchain dans les processus gouvernementaux, «notamment dans les domaines de la comptabilité et de la gestion d'actifs, des services sociaux, de la fiscalité et du traitement des plaintes des citoyens».
  • Financement du commerce basé sur les chaînes de blocs du secteur public: Le ministère des MPME devrait collaborer avec le département des Services financiers (DFS) et la RBI pour tester et mettre en œuvre des solutions de type blockchain dans le financement du commerce des MPME.
  • Capacité? bâtiment: Mise en œuvre d'un programme de renforcement des capacités en fintech (blockchain, APIs, etc.) destiné aux hauts fonctionnaires, concernant les cas d'utilisation, les risques, les coûts et les avantages, par le biais d'institutions de formation gouvernementales, telles que l'Institut national de gestion financière (NIFM), l'Institut de développement et Recherche en technologie bancaire (IDBRT), etc.

Lire la suite: Projet de loi sur l'interdiction des cryptomonnaies: le ministère des Finances veut interdire les crypto-monnaies, encourager la blockchain









Source de nouvelles

fond d'annonce
fond d'annonce
fond d'annonce
fond d'annonce

SANS COMMENTAIRES